La planète des Grawls

Header Grawl


De toutes les races de la Tyrie, les anthropomorphes grawls sont les plus sous estimés et les moins appréciés. Race de simiens bipèdes à fourrure, ils peuvent parler, utiliser des outils et des armes. Ils ont même une notion approximative de vêtements, mais il leur manque l’organisation d’une société avancée. Ils installent leurs habitations dans des grottes à la lisière de la civilisation et sont considérés comme une simple race de pillards et de bandits par les cultures plus développées qui les entourent. Alors que de nombreux grawls s’adonnent à des actes de banditisme, la plupart d’entre eux n’aspirent à rien de plus que d’être laissés tranquilles.

Biologie et Société

«Nous sommes dociles, nous sommes humbles. Nous observons et attendons que les autres trébuchent. »

-Proverbe traditionnel grawl

Steppe Grawl Fighter

Les grawls sont des créatures humanoïdes simiennes – légèrement plus grands que les humains – couvertes par une longue fourrure teintée de différentes nuances de gris. Du fait que leur visage et leur posture sont typiquement simiens, les savants charr ont émis l’hypothèse que les grawls sont une forme primaire d’humains, ou que les humains sont un type de grawls améliorés par leur dieux.

De l’autre côté, les chercheurs humains attirent l’attention sur les épaules lourdes et voutées des grawls et soulignent qu’ils marchent sur leurs orteils – deux caractéristiques des charrs – et postulent sur une étroite parenté entre les charrs et les grawls primitifs. Toutefois, contrairement aux charrs, les grawls courent avec une démarche sautée et bondissante qui leur donne suffisamment d’altitude pour voir leurs cibles de loin. Ils se déplacent avec une assurance gracieuse qui leur donne un avantage dans leurs territoires rocailleux.

Les grawls vivent en petites tribus composées de plusieurs familles, généralement sous le commandement d’un ou plusieurs shamans. Ces shamans sont responsables de la vie spirituelle et quotidienne de leur groupe familial. Ils utilisent des pouvoirs magiques qui les aident à protéger leur troupe et à faire respecter la volonté de leurs dieux.

Les grawls vivent de la chasse et de la cueillette, même si ils se nourrissent souvent de charognes. Ils ne sèment pas de cultures, et bien qu’ils rassemblent des animaux, ils ne les domestiquent pas pour autant. Ils n’ont pas d’architecture, utilisant uniquement des grottes naturelles en guise de maison. Ces habitations souterraines sont décorées de peintures murales, de gravures sur bois, de cordages et autres babioles récupérées sur des cadavres.

Vêtements et équipement

Les grawls maitrisent le travail du cuir et son capable de confectionner des armes et des outils primitifs en métal. Alors qu’ils sont à l’aise avec un simple pagne, les guerriers grawl mènent leurs attaques vêtus de lourdes armures de cuir ornées de plaques de protection. En symbole de leur fonction, les grawls shamans portent des coiffes colorées et des colliers fabriqués avec des plumes d’oiseaux rares ou des ossements récoltés sur leurs ennemis.

Les armes utilisées par les grawls sont généralement des imitations mal conçues de celles utilisées par les norns, les humains et les charrs. Ils utilisent des haches en forme de faux faites avec du métal sombre, forgées à leurs feux de camp, et fabriquent des arcs pour abattre leurs proies à distance. Les grawls ne sont pas difficiles, ils utilisent souvent des armes et équipements volés aux autres races, réemployées pour leurs propres besoins.


Grawl Alpine


Histoire

« Le feu réchauffe, mais brûle également. Les dieux nous protègent, mais sont parfois destructeurs. Nous tuons…ou nous sommes tués. Cela termine la leçon. »

-Krippus, combattant grawl

Les grawls sont originaires de Tyrie, en particulier d’Ascalon. La plus ancienne mention de leur existence figure dans les hommages aux premiers charrs militaires qui datent d’avant l’arrivée des humains dans la région. Dans ces anales, les charrs sont toujours décrits comme victorieux sur les grawls, qui sont réduits à servir les commandants charrs. Ces derniers dominaient les grawls, les repoussant dans les Cimesfroides, les Montagnes de Crête Flamboyante (Blazeridge Mountains) et au-delà, où ils ont difficilement survécu.

Dispersés et sans pouvoir, les grawls ont survécu comme brigands dans le royaume humain d’Ascalon et partout ailleurs. Quand les charrs sont revenus sous l’influence de la Légion de la Flamme, ils ont enrôlé avec succès (et dans de nombreux cas réduit en esclavage) beaucoup de grawls comme miliciens. Les grawls se sont avérés être ingérables en escouades et ont donc été principalement été utilisés comme éclaireurs.

Depuis la conquête d’Ascalon, les grawls sont retournés à leur maigre existence en bordure de la civilisation. Quelques races ont la nécessité ou l’intérêt d’interagir avec eux, mais leur manque de respect pour la propriété personnelle et leurs comportements indignes de confiance rendent difficile toute relation. Nombre d’individus de plusieurs races ont considéré les grawls comme des alliés potentiels, de la main d’œuvre bon marché. Tous ont été déçus par les résultats.

Les grawls vivent désormais comme ils le faisaient il y a des centaines d’années : ce sont de superstitieux troglodytes dont le seul intérêt dans le monde extérieur consiste à tuer ceux qui errent dans leur territoires ou font un affront à leurs dieux.

Questions de foi

« JE suis l’un des fidèles. VOUS vous trompez dans vos croyances. ILS sont tous des hérétiques impies. »

-Thockalock, grawl shaman

Les grawls sont liés entre eux par leur foi, mais cette dernière les sépare tout autant. Ils sont un peuple profondément religieux, shamanique, mais leur particulière tendance à l’animisme crée de nombreuses factions intolérantes les unes envers les autres.

Pour résumer, les grawls croient que les endroits particulièrement importants, les individus et les objets sont imprégnés d’une grande force spirituelle. Cela diffère de la croyante animiste des norns, qui soutiennent que les Esprits de la Nature imprègnent leurs enfants (ex : l’Ourse est présente dans tous les ours). La version grawl de l’animisme affirme que toutes les choses physiques contiennent des esprits, et que les comportements et objets particulièrement puissants ou inhabituels contiennent des esprits capables d’accorder des miracles, et sont donc dignes d’être vénérés (par exemple : cet ours est puissant, nous devrions le vénérer). En améliorant la puissance d’un objet, d’un endroit ou d’un comportement, les grawls espèrent s’accorder ses faveurs et sa protection.

GrawlWorshipEyeBlaster

En conséquence, les grawls tendent à vénérer une grande variété d’objets, allant des particularités de la nature à des phénomènes inhabituels en passant par des créatures puissantes. Une tribu de grawls peut apporter des offrandes à un amas rocheux ressemblant à un visage grawl (cf image à droite), tandis qu’une autre peut vénérer une grande bête des marécages et lui sacrifier des voyageurs pour se sauver. La profondeur et la sincérité de leur culte tend à opposer les tribus rivales les unes contre les autres, puisque chacune pense avoir la vraie religion et considère que les autres sont dirigées par des faux dieux.

Occasionnellement, de grands mouvements religieux se forment parmi les grawls, englobant plusieurs tribus à travers une région entière. Durant ces périodes transitoires de ferveur religieuse, les Grawls abandonnent leurs croyances traditionnelles pour la nouvelle foi en vogue. A des moments comme celui-ci, ils sont encore plus dangereux : les frictions religieuses entre nouvelle et ancienne foi peuvent dégénérer en une sanglante guerre sainte, dans laquelle tout non-grawl est un potentiel partisan, otage ou ennemi.

Les superstitieux grawls sont rabaissés par les autres races plus avancées pour leur xénophobie et l’allure naturellement ridicule des choses qu’ils adorent. Les humains et les asuras ont tendance à être les plus dédaigneux des croyances grawls, tandis que les norns sont plus sympathiques, sentant que les grawls ont simplement manqué les Esprits de la Nature. Les charrs, qui, historiquement, ont opprimé les grawls sont les plus empathiques en essayant de les guérir de leur système de croyances, comme leurs superstitions en font des proies faciles pour les manipulateurs comme la Légion de la Flamme. Toutefois, de nombreux charrs établissent un parallèle entre l’animisme grawl et la religion humaine, irritant à la fois les grawls et les humains.

Dans les coulisses

Lorsque les grawls sont apparus pour la première fois dans la version alpha test de Guild Wars Prophecies, ils étaient appelés trogs. Cette vieille appellation a profondément survécu au cœur des wikis consacrés au sujet, et dans Guild Wars 2, des noms comme « Grawl Udolyte », prennent plus de sens quand on a connaissance de leur nom d’origine : « Trog Udolyte », dérivé de troglodyte. Un troglodyte est un homme des cavernes, et même si Dungeons & Dragons les a transformés en hommes-lézard dans l’esprit des joueurs du jeu de rôle, l’image traditionnelle et l’odeur de l’homme de Neandertal pèsent lourdement sur les grawls.

Dans l’histoire originale de Guild Wars, les grawls ont été principalement créés dans le but d’être des ennemis, et ils sont absents de la plupart des quêtes principales. Ils ont été éclipsés par les charrs et sous-évalués par tous. De toutes les races de la Tyrie, les grawls sont les plus délaissés dans Guild Wars 2, toujours fermement ancrés dans leur passé. Toutes les espèces n’ont pas eu la chance d’avoir une avancée technologique au cours des 250 années qui séparent nos jeux. Les dispersés et primitifs grawls étaient de bons candidats pour rester tels qu’ils étaient dans Prophecie, pour le meilleur et pour le pire.

GrawlShamanSpirit